Inscrivez vous
aux alertes
Maeva Expat

Contacts utiles

Partez en randonnée, à la découverte des montagnes polynésiennes !

Envie de tester autre chose que la plage, le surf ou le va’a pour recharger les batteries le week-end ? Attrapez votre sac à dos et vos chaussures de marche, car il y a des choses à voir côté montagne : forêts, cascades, rivières, mais aussi des sites archéologiques. Prêts pour une randonnée dans les montagnes polynésiennes ?

Mais d’abord, un peu d’histoire. Autrefois les pi’imato, les premiers montagnards tahitiens, arpentaient les montagnes du fenua en quête de plumes d’oiseaux sacrés pour orner parures, costumes et objets de culte. Ils avaient également pour mission d’y enterrer les défunts de haut rang (les chefs et les prêtres). Plus tard, les montagnes sont devenues la bonne cachette pour les tribus vaincues, les exclus, les insoumis à la religion protestante ou encore les réfractaires au protectorat français.

Aujourd’hui, touristes et locaux sont nombreux à partir en randonnée pour explorer les montagnes des îles hautes polynésiennes à leur tour. Celles de Tahiti en particulier. Faut dire qu’avec son origine volcanique, plusieurs sommets culminent à plus de 2000 mètres (c’est pas le Mont Blanc, mais quand même). Au-delà de l’aspect sportif, la randonnée permet aussi une immersion au cœur de la nature polynésienne, à la découverte de la faune et la flore, des espèces endémiques, des crêtes incroyables, des vallées luxuriantes, des cascades à faire exploser le compteur de likes sur Instagram, des rivières et des panoramas incroyables (un cadre calme et reposant, idéal pour une petite digital détox !). Sans oublier les découvertes culturelles : les marae (lieux sacrés où les anciens pratiquaient leur culte et d’autres cérémonies sociales ou politiques) et les paepae (vestiges archéologiques en pierres volcaniques ou d’origine corallienne) sont nombreux sur les chemins.

Et alors on part où, en rando ? La liste est longue ! Parmi les must du fenua, il y a la vallée de Papenoo, la vallée de la Fautaua à Pirae, les Lavatubes à Hitiaa, Te Pari à Teahupo’o ou le col des 3 Cocotiers à Moorea pour ne citer qu’eux. Vous êtes sportif et vous n’avez pas peur de vous faire mal aux mollets ? Tentez l’ascension des Monts Aorai et Orohena qui culminent à plus de 2000 mètres ou encore le Plateau des Orangers dans la vallée de la Punaruu. Bref, de la randonnée en Polynésie, il y en a pour tout le monde et tous les niveaux !

Sachez que parfois des autorisations sont nécessaires pour accéder aux sites (renseignez-vous auprès de la mairie concernée), et que les chemins ne sont pas aussi bien balisés qu’en forêt de Fontainebleau (on préfère prévenir) ! Alors ne la jouez pas Pekin Express, avec une carte et un sac à dos, faites plutôt appel à un guide pour plus de sécurité. Ah, et inutile de vous préciser que pendant la saison des pluies, mieux vaut éviter la sortie rando en famille (les sentiers sont impraticables !).

En vous baladant dans les vallées de Vaite, Vaihiria, Faatautia, Titaaviri ou Papenoo à Tahiti, vous aurez l’occasion de voir l’une de nos 16 centrales hydroélectriques de notre filiale Marama Nui. Avec une production annuelle moyenne de 150 millions de kWh par an, elles couvrent 25% des besoins électriques de l’île avec une énergie propre et renouvelable soit 1 200 foyers !

Vous êtes plus à l’aise avec une paire de palmes qu’en chaussures de marche ? Fiu des moustiques et des ampoules aux pieds ? La rando au fenua, ça se passe aussi dans l’eau avec palmes, masque et tuba ! Oui, oui. Des sentiers de randonnée aquatique (« snorkeling » pour les LV1 Anglais) ont été mis en place au PK18 à Punaauia, à la Pointe Venus à Mahina, à Bora-Bora ou encore à Rangiroa, accessibles à la nage ou en bateau selon les sites. Au programme :  des parcours de plusieurs centaines de mètres, avec à chaque balise, une bouée (histoire de reprendre un peu son souffle) et un panneau pédagogique. L’occasion d’en apprendre un peu plus sur les récifs coralliens (aujourd’hui menacés par le réchauffement climatique) et les poissons du lagon : demoiselles, papillons, perroquets… (oui, on parle bien de poissons).

Alors, plutôt #TeamMontagne ou #TeamLagon le weekend prochain ?