Tutoiement, haussement des sourcils et autres habitudes polynésiennes

  Aaah ils sont loin… Les gens qui essaient de passer devant, l’air de rien, à la caisse du Monop’. Ceux qui sont agrippés à la barre du métro et ne décrochent pas UN sourire en 8 arrêts. Ou ceux qui ont les yeux rivés au sol, pour ne pas avoir à croiser un regard dans la rue. En Polynésie, on est plutôt du genre à tutoyer tout le monde, à avoir la causette facile et même à déclencher les warning pour laisser passer les piétons ! Comme on dit ici, cool la vie copine. Aujourd’hui, on décode avec vous quelques spécificités locales (voire bizarreries… ça dépend du point de vue !)

Crédits : Terem's Le Blond

La mamie qui vend des fleurs au marché, le taote, son boss… Qu’importe l’âge, le statut social, la position hiérarchique, ou que cela soit quelqu’un que l’on rencontre pour la première fois, en général ici, on préfère se tutoyer ! Même les élèves tutoient leur prof ! Remarquez, chez les anglo-saxons, c’est pareil. Ils se disent bien tous « you », sans se poser de question... Alors oui on vous l’accorde, ça peut surprendre quand on est fraichement débarqué de métropole. Où souvent, on a l’habitude de vouvoyer toute personne plus haut perché dans l’organigramme de la boîte, son voisin de palier et même ses beaux-parents ! Mais si en métropole le vouvoiement est considéré comme une marque de respect, en Polynésie, sachez que cela peut être perçu comme une forme de mépris ou d’arrogance. Ou tout simplement de la distance.

Crédits : HGP-La Dépêche de Tahiti

Parce que les rapports simples, la convivialité et la bienveillance, ici c’est un mode de vie. On se dit bonjour. On se fait la bise. On s’appelle par nos prénoms. On s’échange des sourires. On fait vite la causette pour apprendre à se connaître ou pour partager nos conseils. Et on s’arrête même pour laisser passer les piétons au passage clouté ! Bref, c’est spontané, sincère et décontracté.

Crédits : Motu Tane

Et pour les codes vestimentaires, c’est la même chose. En métropole, on préfère souvent monter la clim’ à 20°C dans les bureaux plutôt que de desserrer sa cravate. On vous rassure, ici pas besoin de dégainer sa panoplie de businessman pour aller travailler. Ou d’être perchée sur des talons aiguilles de 12. Faut dire qu’en plus ce serait difficilement supportable sous notre climat tropical... Non, ici, le dress code est bien plus cool. Y’a qu’à voir nos hommes politiques, même à la télé ils portent des chemisettes à fleurs ! Local style. Et puis s’habiller plus légèrement, ça évite aussi de pousser la clim à fond. Et ça permet de réduire la facture d’électricité !

D’ailleurs, on en profite pour vous donner quelques conseils et astuces pour économiser de l’énergie côté climatisation. La base, c’est de rafraichir uniquement les pièces utilisées et de garder en tête que la température idéale d’une pièce est de – 5°C par rapport à l’extérieur. Il est également important de placer l’appareil de climatisation dans la pièce de telle sorte que l’air puisse circuler sans entrave. Côté entretien, pensez à nettoyer les filtres des unités intérieures chaque mois (assurez-vous du non encrassement des turbines de soufflage) et dépoussiérez 1 fois par an l’unité extérieure (surtout en milieu urbain).

 Découvrez encore plus d’informations pour mieux consommer en cliquant ici !

Crédits : Tahiti Tourisme

Maintenant, dites-nous tout… Combien de fois vous êtes-vous surpris à répéter votre question avant de comprendre qu’un haussement de sourcils voulait dire « oui » ? Vous l’aurez compris, ici il y a aussi toute une forme de communication non-verbale. Hausser les sourcils, par exemple, c’est pas seulement pour exprimer la surprise ou l’étonnement. C’est à la fois une marque d’intérêt à ce que l’autre raconte, et une façon d’acquiescer. Ca peut passer pour une habitude de flémards, mais on ne va pas se mentir, c’est bien pratique, ça permet de répondre à tout un tas de questions ! Ah et tant qu’on y est... Quand quelqu’un ici dit « mmm… », ça veut aussi dire « oui ».

Autre façon de s’exprimer très populaire ici : le shaka.Mais si, vous savez, à la Griezmann ! A l’origine, c’est un signe de surfeurs. Mais aujourd’hui, il est utilisé par un peu tout le monde dans la vie de tous les jours. Quand on voit passer quelqu’un qu’on connaît par exemple. Ou quand un automobiliste nous laisse passer devant lui. Sachez que ça veut dire quelque chose comme « merci », « cool man » ou même « ça va ? ». Alors, on vous avait pas dit que c’était plus cool la vie ici ?

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OKSubscriptions powered by Strikingly